• benjamingarnier7

A Lyon, le FC Metz veut montrer les bienfaits de son plan à trois

Il y a à peine plus d'un mois, l'Olympique Lyonnais venait s'imposer au stade Saint-Symphorien (1-3) dans un match parsemé d'évènements contraires pour les Grenats : un penalty manqué, une expulsion, des buts encaissés à la pelle ... mais aussi un changement qui marque encore le onze messin à l'heure actuelle : le passage à trois défenseurs axiaux, qui a considérablement solidifié l'équipe.



Car à la 63ème minute, alors que le FC Metz est mené 3-0 après un doublé de Toko Ekambi (60é), Frédéric Antonetti décide de faire entrer Kiki Kouyaté à la place de Victorien Angban pour installer une défense à trois axiaux "qui s'imposait". Le but de cette animation ? La solidité, d'abord, pour que le bloc équipe devant la ligne défensive puisse développer son jeu. Le coach messin l'assure d'ailleurs : il ne souhaite pas mettre ce "mur" simplement pour ne pas encaisser de buts : "Si c'est pour faire 0-0 avec 15 occasions concédées, ça ne m'intéresse pas."


Dans tous les cas, ce changement défensif a eu le mérite de redonner aux Grenats une stabilité défensive qui s'est traduite dans les résultats. Avant ce fameux changement, le FC Metz était sur une série de deux défaites consécutives, avec cinq buts encaissés contre Brest et Lyon. Depuis, en six matches, les Grenats n'ont encaissé que 4 buts notamment contre des équipes réputées offensives comme Lens, Montpellier, Strasbourg et Rennes, avec une seule défaite à la clé (Rennes, 1-0, ndlr.).


Ce dimanche soir, les hommes de Frédéric Antonetti vont pouvoir étalonner leur nouveau système sur 90 minutes face à ce qui se fait de mieux actuellement en Ligue 1.


L'adversaire


Car l'Olympique Lyonnais est aujourd'hui sur une série impressionnante de 16 matches sans défaite (10 victoires, 6 nuls), ce qui est la meilleure série d'invincibilité d'un club dans les 5 grands championnats européens et la meilleure pour l'OL depuis 2005.


Au-delà des chiffres, cet Olympique Lyonnais privé de compétition européenne dégage une solidité impressionnante, s'imposant une semaine après Metz face au Paris Saint-Germain au Parc des Princes (0-1). Désormais leader, les coéquipiers de Memphis Depay ne peuvent plus cacher leurs ambitions.


Malgré un groupe au complet et des résultats au beau fixe, hors de question pour Rudi Garcia de s'enflammer, surtout que son équipe reste sur deux prestations "mitigées" contre Lens (3-2) et Rennes (2-2) : "On a su ne pas perdre à Rennes, mais ce n'est quand même pas satisfaisant. Sur les deux derniers matches, on a pris deux buts. On en marquera pas trois à chaque fois."


Le technicien rhodanien sait qu'il ne peut pas se reposer sur ses lauriers face au bloc messin. Peut-être se souvient-il que la dernière défaite de ses hommes remonte à Montpellier où l'OL s'était incliné (2-1) face... à une défense à trois justement.


Le joueur à surveiller - Farid Boulaya


Bien que Youssef Maziz ait tenté de combler le vide face à Bordeaux et Nice, l'absence de Farid Boulaya s'est faite lourdement ressentir dans les phases offensives. Après un isolement forcé en raison d'un test positif au COVID-19 qui n'a heureusement révélé aucun symptôme, le numéro 10 grenat est de retour, frais et dispo. Il devrait figurer naturellement dans le onze titulaire de Frédéric Antonetti.



La compo probable


Le retour de Farid Boulaya rebat les cartes devant une défense immuable. Le meneur grenat devrait retrouver son poste devant un double pivot Angban-Maïga. En attaque, les dernières belles entrées de Pape Ndiaga Yade devrait lui permettre de postuler à une place de titulaire, en lieu et place d'Aaron Leya Iseka, qui n'a pas véritablement convaincu sur les derniers matches.




43 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Copyright (c) 2019 | BeGrenat - tous droits réservés

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram