• Le Nagreuh

Football Manager et le FC Metz




Les années se suivent et se ressemblent en ce mois de novembre 2019 qui ressemble à s’y méprendre à son homologue de 2018. Les championnats nationaux ont repris pour la plus grande joie de tous et, à l’approche de Noël, c’est au tour de l’industrie vidéoludique de sortir ses meilleures franchises footballistiques. Fifa est de retour pour la plus grande joie des enfants et autres ados prépubères qui commençaient à se lasser de jouer à Fortnite en grattant les restes de cordons bleus coincés dans leurs appareils dentaires.


Mais pour les adultes accomplis et responsables tels que nous, et tel que moi, c’est le grand retour du meilleur des jeux de foot et du meilleur des jeux de gestion j’ai nommé le seul et l’unique FOOTBALL MANAGER 2020 !!! Il est là et il est beau ! A vous les lifeban et les carrières de 25 ans pour faire remporter la C1 à un club de la banlieue londonienne que vous aurez hissé de la 17e division à la Premier League.


J’ai pour ma part fait le choix de mettre mes nerfs à rude épreuve en prenant la direction du FC Metz pour la saison 2019-2020. Je me présente donc, Jean-Michel Nagreuh, 35 ans, né à Metz, fan de ce club et prêt à user mes fonds de culottes sur les bancs de St Symphorien jusqu’à ce que la mort (ou le limogeage) nous sépare.


La première chose qui m’a sauté aux yeux est que le jeu insiste sur le fait que le FC Metz fête son centenaire en 2019. Alors oui parce que le Cercle Athlétique Messin qui est l’ancêtre du club a effectivement vu le jour en 1919… mais non parce que la date communément retenue est plutôt 1932 lorsque le club a acquis le statut professionnel. Souvenez vous d’ailleurs de la saison 2011-2012 où furent fêtés les 80 ans du club à grand renfort d’animations diverses et variées avec à la clef, on s’en souvient tous, une magnifique descente en National.


La deuxième chose qui frappe c’est la conférence de presse de présentation quand Monique X, reporter au Républicain Lorrain, vous dit que vous prenez la succession de Vincent Hognon. Quid de Frédéric Antonetti ? Comme si la fiction venait donner une leçon de réalisme à la réalité.


Pour le reste tout colle à peu près. Metz a pour ennemis jurés N**** et S*********, un des meilleurs centre de formation de Ligue 1, les meilleurs entraîneurs de gardien de Ligue 1 et la presse nous voit finir 20e derrière Nîmes, derrière Brest, derrière Amiens et derrière Dijon. Pour ce qui est de Bernard Serin, il a deux exigences. Tout d’abord que vous ne dépassiez pas trop le budget salarial et que vous réussissiez à accrocher au moins la 18e place synonyme de barrages. Pas de quoi vous mettre trop la pression donc. Et en plus il accepte pour le moment toutes mes demandes de formation pour améliorer les membres du staff.


Ce qui va vous mettre la pression par contre c’est le calendrier qui n’est pas le même que dans la vraie vie, bêta oblige, je suppose. J’ai donc pour mission de commencer par un déplacement à Lyon, la réception de Bordeaux puis un déplacement à Paris. Question tactique je n’ai rien tenté de bien folichon, une défense à quatre, un milieu défensif, un milieu à deux, deux ailiers et un buteur seul en pointe (Christihabib Ronalidiallo évidemment).


La cohésion d’équipe est bonne, le moral est moyen mais un mot doux dans l’oreille plus une tape paternaliste sur le bas du dos et voilà vos joueurs regonflés à bloc. Le leader incontesté du vestiaire est Renaud Cohade qui justifie largement son poste de capitaine. Viennent ensuite dans la hiérarchie la charnière centrale Boye-Sunzu qui affichent une bonne entente qui fait plaisir (même si Boye s’est pris un rouge au bout de 10 minutes avec la réserve alors qu’il revenait de blessure).


Du côté des jeunes c’est très intéressant, vous avez entre les mains une réserve de bonne qualité et une excellente équipe de U19. Les plus gros potentiels sont les suivants :


- Ablie Jallow, Vincent Thill, Vincent Collet, Abou Lô et Ndiaga Yade pour la réserve (potentiel de 5 ou 4,5 étoiles).


- Madéno Albenas, Yann Godart, Lenny Lacroix, Boubacar Traoré et Killian Sildillia pour les U19 (potentiel de 5 ou 4,5 étoiles).


Au moment où j’écris ces lignes j’ai joué ces 3 rencontres pour un bilan de 4 points, la même que dans la vraie vie mais contre des adversaires autrement redoutables. 2-2 contre Lyon avec une égalisation de Gouiri à la 95e (réalisme frappant), 3-2 contre Bordeaux avec une réduction du score à la 96e (décidément) et 4-0 au Parc avec un penalty, deux corners et un coup-franc indirect, bref 4 buts sur coup de pied arrêté (RÉALIIIISME!!).


Je terminerai par un bilan individuel des joueurs dont les performances m’ont le plus frappées :


- Oukidja : héroïque contre Lyon, héroïque contre Bordeaux et il termine avec une note de 7 face au PSG malgré 4 buts encaissés c’est vous dire combien le bonhomme est chaud.


- Centonze : peut-être tre le plus en difficulté, complètement dépassé face à Lyon et Paris, encore une fois ça colle plutôt en espérant que les choses aillent en s’améliorant comme dans la réalité.


- N’Doram : ouvre le score contre Lyon sur une sortie de Lopes, jamais en-dessous de 7,5 en match et régulièrement le meilleur à l’entraînement.


- Cohade : le GOAT, mon meilleur joueur et mon meilleur buteur avec deux pralines de 25 mètres contre Lyon puis Bordeaux.


- Diallo : un but en 3 matchs et parfois sevré de ballons, loin de ses incroyables performances réelles mais plus proche de ce qu’on aurait pu raisonnablement attendre de lui.


Un début d’expérience donc plutôt prometteur en espérant confirmer face à des équipes à notre portée pour acquérir le maintien le plus tôt possible et pérenniser le club en Ligue 1… au moins sur mon PC.


Grenatement vôtre,


Jean-Michel Nagreuh

150 vues0 commentaire