• benjamingarnier7

Nice, le meilleur remède pour l'attaque messine ?

Ce samedi, le FC Metz conclut sa première partie de saison face à l'OGC Nice. L'occasion pour les messins de soigner leur rendement offensif, en berne depuis deux matches, face à un ex-européen en difficulté.


Orphelins de Farid Boulaya, Opa N'Guette et bien évidemment d'Ibrahima Niane, le FC Metz s'est heurté à deux défenses qui figurent parmi les plus solides de Ligue 1 (Rennes et Bordeaux) sans pouvoir forcer le verrou. Trois jours après un match timide face à Bordeaux, la réception de Nice est une vraie occasion de recréer une nouvelle dynamique offensive à travers les jeunes pousses messines.


Formation accélérée


Car si les trois titulaires habituels seront absents, Frédéric Antonetti souhaite tout de même retrouver un minimum de stabilité dans son turnover.


Lamine Gueye, après son début de saison canon, semble marquer le pas et montre un réel déficit de sang-froid dans la finition. Contre Bordeaux, le numéro 13 grenat s'est vu offrir la plus belle occasion du match sur un centre de Delaine mais n'a pas su conclure aux six mètres. Aaron Leya Iseka, malgré toute la confiance que lui accorde Frédéric Antonetti, n'a toujours pas réussi à peser sur un match entier, culminant à un tir par apparition sur les trois dernières rencontres.


Pape Ndiaga Yade, du haut de ses 21 ans, a endossé à Lens le rôle d'avant-centre gauche et celui de latéral gauche contre Rennes, sans pour autant réussir à dynamiter les défenses adverses. Comme Lamine Gueye, lui aussi est à un stade trop élevé pour son niveau actuel, même si son potentiel laisse présager de bonnes choses.


Le constat général est le même pour Youssef Maziz, qui assurera une nouvelle fois l'intérim face à Nice en remplacement de Farid Boulaya. Contre Bordeaux, le natif de Thionville a dû endosser le lourd rôle de créateur dans une équipe qui joue le contre. Son jeu long a servi et le milieu messin aura donné 5 passes clés. Une performance dans des standards "boulayesques" de ce point de vue, mais encore trop timide dans le jeu sans ballon. Là où Boulaya se rend disponible pour toucher en moyenne 63 ballons par match, Maziz n'en a touché que 38 et son absence dans l'entrejeu s'est trop fait ressentir.


L'adversaire


Dès lors, recevoir une équipe qui reste sur trois matches sans victoire dans lesquels elle a encaissé au minimum 2 buts semble être une belle aubaine pour créer des connexions dans l'attaque messine.


Car côté niçois, si la volonté est de conserver le ballon (57% de possession moyenne) et de jouer haut, le collectif montre des difficultés à s'exprimer de manière intelligente trouver les intervalles dans un bloc bas (c.f ici) et se retrouve souvent plombé par sa défense. Le board niçois a dû résoudre ce second problème par le recrutement de William Saliba, qui ne rentrait pas dans les plans de Mikel Arteta à Arsenal. Son premier match n'a pas donné entière satisfaction, mais nul doute que l'ex-stéphanois voudra monter en puissance.


L'entraîneur niçois Adrian Ursena pourra compter pour ce match sur le retour de Kasper Dolberg, auteur de 3 buts en début de saison et absent depuis 4 journée. Il devra cependant faire sans Morgan Schneiderlin, absent pour un mois suite à une gêne ressentie contre Brest.

Le joueur à surveiller - Thomas Delaine


C'est indéniable, le latéral gauche messin monte en puissance. Contre Bordeaux, il a été avec Fabien Centonze la principale menace offensive du côté des Grenats. Toujours aussi à l'aise avec trois axiaux derrière lui, il aura face à lui de nouveau une équipe aux velléités offensives. Comme face à Lens, où ses rushs avaient été déterminants pour sceller le succès messin. Bis repetita ?



La compo probable




76 vues0 commentaire

Copyright (c) 2019 | BeGrenat - tous droits réservés

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram